5 nov. 2017

Les soins énergétiques


Les soins énergétiques sont pratiqués depuis la nuit des temps. Ils permettent de ré-harmoniser les circuits énergétiques d’une personne. En rééquilibrant la circulation énergétique, il est possible de prévenir l’apparition de maladies tant physiques que psychologiques. Ces soins constituent un excellent outil de prévention. La maladie s’inscrit dans l’énergie avant de se matérialiser dans le corps physique. Un soin énergétique agit au niveau des différents corps, physique, mental, émotionnel et spirituel, il réveille et vivifie les fonctions vitales et permet à l’organisme de se régénérer.
 
Le soin énergétique est réalisé par un énergéticien, qui canalise l’Énergie vitale universelle grâce à l’aide d’Êtres vivant sur d’autres plans de conscience, appelés « guides », « anges » ou « êtres de lumière » pour aider celui qui sollicite le soin à se guérir, même s’il n’en est pas conscient.

L’énergéticien ne soigne pas, il ne guérit pas, son rôle essentiel n’est que celui d’un « relais »guidant la personne en demande sur le chemin de Sa propre guérison. 
 
Le praticien, à l’aide de ses seules mains, est un canal au service du patient, à qui il permet de puiser au fond de lui-même les capacités d’auto-guérison, d’harmoniser ses relations avec les autres et de retrouver confiance en lui. 

Les soins énergétiques stimulent la guérison et apportent un évident regain d’énergie, l’amélioration de la vitalité, le renforcement du système immunitaire, le soulagement de la douleur et des inflammations, la stimulation du processus de régénération cellulaire, une réduction du stress, un bien-être général, la libération des blocages physiques, émotionnels et mentaux, la paix intérieure, l’harmonisation globale de l’être aux niveaux physique, émotionnel, mental et spirituel, l'alignement corps, âme et esprit, l’épanouissement spirituel. 



Un soin énergétique a des répercussions bénéfiques pour la santé, il ré-harmonise les chakras et régule l’énergie entre le corps, la Terre et l’Univers. Il est impossible de prédire les effets d’une séance, les bénéfices sont variables selon chaque individu. Chaque séance est unique et ce qui se passe dépend avant tout du receveur.


Je vous invite à venir découvrir un soin énergétique sacré, qui utilise le pranayama, les rayons sacrés, le magnétisme et certains gestes d'un ancien massage sacré de l’Inde mystique
Ce soin dure entre 60 à 75 minutes et se donne sur vos vêtements.

14 oct. 2017

L'alimentation vivante



Passionnée de nutrition depuis l’âge de mes 20 ans et convaincue du rapport indéniable entre notre alimentation et notre santé, je ne cesse de m’intéresser à ce sujet très controversé où même les nutritionnistes ne tombent pas d’accord entre eux. De nouveaux courants nutritionnels apparaissent, vantant chacun leurs bienfaits et prétendant que c’est le meilleur pour notre santé.

Parmi ces différentes écoles, nous retrouvons entre autres le régime paléolithique, la chrono-nutrition, le régime des groupes sanguins, le végétarisme, le véganisme, le crudivorisme et l’alimentation vivante. Certains vous diront que l’homme est omnivore et devrait manger de la viande pour avoir une bonne santé, d’autres vous diront que l’homme a un système digestif pareil aux animaux frugivores et est végétarien, le débat est ouvert et il ne m’appartient pas de trancher la question. 

Une intéressante classification des aliments d’après leur vitalité a été établie par le docteur Edmond Bordeaux Székély, auteur de l’évangile selon les Esséniens : 
- aliments biogéniques (qui donnent la vie) graines germées, jeunes pousses, spiruline et algues
- aliments bioactifs (qui entretiennent la vie) : fruits, légumes et oléagineux crus et frais
- aliments biostatiques (qui ralentissent la vie) : aliments d’origine animale, aliments cuits
- aliments biocidiques (qui tuent la vie) : tous les aliments contenant des produits chimiques.

L’Ayurveda, quand à lui, prend en compte l’état mental des aliments (gunas) et les classe en :
- aliments sattviques : fruits, graines germées, oléagineux frais et trempés, produits laitiers frais
- aliments rajasiques : épices, légumineuses, légumes, oléagineux cuits, huiles 
- aliments tamasiques : conserves, plats congelés, viande, poissons, œufs, nourriture vieille

Il est donc aisé de comprendre le rapport entre notre état d’esprit et notre alimentation puisque la nourriture ingérée va nous apporter énergie et vitalité pour notre corps et notre esprit et ainsi faire de nous des êtres pacifiques.

L’Ayurveda souhaite que nous devenions de plus en plus sattviques en pratiquant la méditation et en vivant d’une manière sage et éthique. Bien manger, bien dormir, être positif, confiant, respectueux, bon, gentil avec un sens développé du bien-être sont des caractéristiques d’une personne sattvique. 


Mais revenons à l’alimentation vivante, qui comme son nom l’indique, ne contient que des aliments vivants comme les graines germées, les amandes, noix et autres oléagineux, les légumineuses trempées, les céréales de grains entiers, les fruits et les légumes frais. Il s’agit ici de consommer les aliments que nous offre la nature dans leur état naturel, non cuits et non transformés. Par exemple les flocons de céréales sont transformés, les farines aussi, de même que toutes les plats industriels.


Une nourriture vivante contient beaucoup de prana (énergie vitale) pour nourrir nos cellules, notre corps et notre esprit. Etant crue, elle contient aussi tous les enzymes qui sont souvent détruits par la cuisson et est de plus très détoxifiante.

Mais attention, l’alimentation vivante ne doit pas être confondue avec le crudivorisme, qui peut contenir des protéines animales (carpaccio de bœuf ou de saumon, crevettes….) Certaines personnes vont enseigner l’alimentation vive (contient des protéines animales) ou la cuisine de l’énergie (contient des protéines animales et est parfois cuite)  Certains adeptes de l’alimentation vivante consomment à l’occasion des huitres, parce qu’elles sont vivantes, des œufs crus et du miel, chacun étant bien évidemment libre de choisir son mode alimentaire, le principal est que ce soit juste pour nous-même. 

En principe l’alimentation vivante est végétalienne (Raw vegan) et ne contient ni produits laitiers ni œufs, ni miel, et pour ainsi dire pas de gluten, ou très peu, puisque le blé est germé. Elle est donc anti-inflammatoire (ni lactose, ni caséine, ni gluten)

Comment éviter et soigner l'acidose






L'équilibre acido-basique me passionne énormément puisqu'il nous permet de vivre en bonne santé. L'hyperacidité est en effet l'une des principales causes de la plupart des maladies métaboliques ! Après des années d'excès d'acidité, la déminéralisation s'installe, l'arthrose, l'ostéoporose, des caries dentaires se manifestent, un excès d'acides, aussi appelé acidose, entraîne toujours une déminéralisation ! 

Je vous invite à lire ici un article dans lequel le docteur Otto Warburg, éminent médecin, physiologiste et biochimiste allemand, a découvert que la cause du cancer est une acidité trop importante dans le corps, les cellules cancéreuses ne pouvant se développer que dans un corps acide. Pour cette importante découverte, il fut en 1931 lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine.


Dans son livre "Gérez votre équilibre acido-basique", le naturopathe suisse Christopher Vasey, nous donne des explications approfondies sur la manière dont chacun de nous peut contrôler son équilibre acido-basique et comment y remédier.  Au moyen de petites bandelettes de papier carbone, à acheter dans les magasins bio ou dans les pharmacies,nous pouvons contrôler notre PH urinaire.  Pendant 5 à 6 jours effectuons trois tests par jour, en dehors de la première urine matinale (qui est toujours plus acide) et notons les mesures sur un tableau. La moyenne de ces tests nous donnera notre PH actuel.

Nous pourrons alors savoir où nous nous situons sur la grille, le PH idéal devrait se situer aux environs de 7,4  pour un bon équilibre. Quand nous connaissons notre PH, nous pouvons si nécessaire nous désacidifier avec un régime composé principalement d'aliments alcalinisants en limitant autant que possible les aliments acidifiants. Il est aussi recommandé de faire une cure de minéraux alcalins. Cela peut prendre plusieurs mois, ou même un à deux ans pour retrouver un PH idéal, nous pourrons ensuite arrêter les minéraux alcalins mais toujours continuer le régime alcalin.

Il existe des acides forts, venant des protéines animales (viande poissons, oeufs et produits laitiers), et des acides faibles, issus des végétaux. Les acides forts s'éliminent principalement par les reins, tandis que les acides faibles s'éliminent plutôt par la peau et les poumons. Les végétariens ont en principe un PH plus alcalin que les omnivores . 

Pratiquer modérément du sport élimine de l'acidité tandis que le sport en excès produit de l'acide lactique qui acidifie le corps, Le stress nous acidifie également et à l'inverse le yoga, la méditation, la respiration consciente et les promenades en plein air vont nous alcaliniser. Tout un programme.

Vous trouvez des recettes alcalines sur Veggiemeals

La santé dans votre assiette





D'origine indienne, la cuisine ayurvédique est une cuisine végétarienne, qui utilise des ingrédients frais de nos régions en ajoutant des graines et des épices pour rendre les mets plus digestes et plus savoureux. Les repas sont équilibrés et épicés, mais jamais piquants.

Quelle différence entre la cuisine indienne et la cuisine ayurvédique ?

Si toutes deux sont originaires d'Inde et utilisent les épices en grande quantité, la cuisine indienne est une cuisine traditionnelle omnivore, qui comprend de nombreux plats de viande, de poissons, de crustacés ainsi que des plats végétariens.

La cuisine ayurvédique est tout avant tout une cuisine de santé, purifiante et détoxifiante, elle fait partie de la médecine ayurvédique. L'Ayurveda, tout comme le yoga, recommande une nourriture ahimsa, (produite sans violence) et ne comprend de ce fait aucune chair animale. Elle inclut cependant un peu de produits laitiers frais, le lait frais et le panir, le yaourt et le lassi.

En Inde, la vache est sacrée et quand elle donne naissance à un veau, on le laisse avec sa mère. La vache est considérée comme une mère divine, car elle nourrit non seulement son bébé mais elle offre un surplus de son lait aux humains. Voilà une grande différence entre l'Inde et les pays occidentaux. 

J'apprécie beaucoup cette philosophie indienne et j'ai vu de mes propres yeux dans un centre ayurvédique en Inde le berger se promener avec les vaches et nous recevions des soins avec le lait en surplus et un peu de panir dans nos repas.

Venez découvrir une cuisine originale par ses saveurs et ses couleurs. Plus qu’un simple cours de cuisine, nos ateliers vous offrent la possibilité d’étudier la nutrition saine et aborde les grands principes de l’Ayurveda, « science de la vie » qui vous enseigne le bonheur de cuisiner avec conscience et amour. Autant appréciée par les végétariens que les non-végétariens, la cuisine ayurvédique maintient en éveil le corps et l’esprit et vous apporte énergie et vitalité.



13 févr. 2017

Le silence et la solitude, un retour à l’essentiel



Avez-vous déjà expérimenté la solitude? Avez-vous vécu seul quelques mois ou quelques années ? Etes-vous déjà resté toute une journée ou tout un week-end sans parler à quelqu’un, sans même entendre le son de votre propre voix? La solitude vous effraie-t-elle?


Pour  ma part, j’ai apprivoisé la solitude de nombreuses années suite à la mort prématurée de mon mari, j’ai d’abord vécu seule avec mes jeunes enfants, ensuite seule avec moi-même. Au début de mon chemin de deuil, je disais souvent «je suis seule» et cela me rendait encore plus triste. Un jour mon fils me dit «Maman, veux-tu bien arrêter de dire que tu es seule, ça ne fait du bien à personne, d’ailleurs tu n’es pas seule tu le sais bien» Belle leçon de vie venant de la bouche d’un ado…. Depuis ce jour-là, il y a plus de quinze ans, je n’ai plus jamais prononcé cette phrase.

Dans notre société, la solitude est souvent mal perçue et est synonyme de tristesse, d’abandon, de rupture, de deuil.  De nombreuses personnes n’aiment pas être seules et sont persuadées que leur bonheur dépend du conjoint, des enfants, des amis. Sans le vouloir, elles sont dépendantes des autres pour être heureuses. Et à l’inverse, certains croient que leur présence est nécessaire pour rendre les autres heureux, afin de ne pas les laisser seuls.

Mais pourquoi la solitude est-elle perçue comme une souffrance, comme une absence de bonheur, comme un manque de plénitude? Et si, au contraire, elle était une opportunité pour nous découvrir, pour prendre soin de nous et rencontrer notre être profond.

Pour changer notre façon de voir la solitude, commençons par apprendre à nous aimer nous-même, à trouver le bonheur à l’intérieur de nous, à nous offrir de l’amour. En trouvant l’amour au fond de nous et en savourant les moments de solitude, nous pourrons rayonner vers les autres. Ensuite, participons à des activités sans être accompagné, voyageons seul, à apprivoisons le silence.


Dans notre monde actuel, nous n’avons pas souvent la chance de pouvoir vivre dans le calme, écouter notre respiration, les battements de notre coeur et être là simplement présent à nous même. La méditation et le yoga peuvent nous aider à ressentir cette présence, ce silence pour un retour  à l’essentiel.

Que nous vivions seuls, en couple ou avec notre famille, offrons-nous des moments de solitude, des moments de silence dans la forêt, au bord de l’eau, restons en contact avec la nature et les éléments.  

Prenons des moments de silence et de solitude pour un retour à l’essentiel.

Je laisse la finale à Georges Moustaki https://www.youtube.com/watch?v=h9-OzSzCDWo




21 nov. 2016

L'eau, source de vie



Dans nos pays tempérés de nombreuses personnes sont déshydratées sans même le savoir. Différents signes peuvent en être témoins : bouche sèche et poisseuse, soif accrue, fatigue, étourdissements, maux de tête, réduction du débit urinaire, crampes musculaires, manque de concentration, pouls accéléré, peau sèche et craquelée (particulièrement sur les jambes), ... Les jeunes enfants et les seniors sont les personnes les plus à risque, car ils ne ressentent pas toujours la sensation de soif. 

Notre corps est composé d'environ 80% d'eau, et en perd chaque jour avec la transpiration et l'urine. Il est donc important de l'hydrater continuellement. Les recommandations sont de boire environ 1 litre et demi d'eau plate par jour. Seule l'eau hydrate le corps, toutes les autres boissons l'assèchent, le café, l'alcool, le thé, les sodas et autres cocas, en plus d'être très acidifiantes. Si vous ne mangez pas suffisamment de fruits et de légumes, il vous est conseillé de boire deux litres d'eau par jour.

L'Ayurveda recommande de boire de l'eau tiède ou chaude entre les repas, plutôt que pendant le repas, cela afin de ne pas refroidir le métabolisme et rendre la digestion plus difficile. Les tisanes, soupes, jus ne sont pas pris en compte dans la quantité d'eau à boire. Pour les personnes du dosha Kapha, dont l'élément principal est l'eau, il serait bien qu'elles ne boivent pas trop d'eau après 18 heures/19 heures en été - période Kapha de la journée.

Boire de l'eau c'est la source de vie, c'est la santé, mais ne buvez pas n'importe quelle eau. Dans les villes, l'eau du robinet est chargée de chlore et produits chimiques, elle doit absolument être filtrée, mais pas avec un simple filtre Brita qui ne fait qu'enlever les résidus nocifs sans donner des qualités à l'eau. Il existe sur le marché différents systèmes de filtration, dynamisation et minéralisation de l'eau du robinet. Parfois vous trouverez de l'eau de source près des églises, dans les forêts, renseignez-vous dans votre coin, et faites la analyser par un géobiologue ou tout autre moyen à votre disposition (radionique, pendule, etc) ou bien achetez de l'eau en bouteille en choisissant de préférence une eau alcaline, avec un PH de plus de 7.


Une personne déshydratée ne va pas se réhydrater d'un jour au lendemain en buvant la quantité d'eau recommandée, il faut en moyenne huit à neuf mois pour réhydrater un corps.

Connaissez-vous les céramiques EM (effective micro-organism) qui peuvent être déposées dans votre système de filtration ou simplement au fond de votre carafe ou bouteille d'eau ? Ces céramiques vivent 80 ans et vont enrichir l'eau que vous buvez, voilà tout un beau programme.

Emportez partout une bouteille d'eau et buvez. A votre santé !

26 juin 2016

Dix ans de végétarisme


Cela faisait plus de vingt ans que je voulais un jour devenir végétarienne, je le sentais au fond de mon cœur, j’avais fait un maigre essai dix ans plus tôt, à l’époque je voulais abandonner la viande rouge et garder un peu de volaille et de poisson. En 1996, tout le monde me déconseillait à cause du risque de carences en protéines, et j’ai continué à être semi-végétarienne.


Un jour j’ai lu un article d’une communicatrice animalière qui transmettait un message du peuple des animaux, et là j’ai eu le déclic souverain et d’un jour au lendemain j’ai abandonné viande et volaille en me laissant un an pour supprimer aussi poisson et crustacés que je ne mangeais qu’un jour par semaine. Après 4 mois de ce nouveau régime, devant mon morceau de saumon, j’ai affirmé que ce serait le dernier et je n’ai depuis ce jour-là plus consommé aucune chair animale.

Je me suis documentée sur les produits de beauté, de soin, de nettoyage, parfums, médicaments … faits à partir d’une partie d’un animal et j’ai été offusquée, choquée à en devenir malade, pendant une semaine, j’ai eu les paupières irritées, à force de voir ce que mes yeux ne voulaient pas voir, j’étais profondément connectée à tous les animaux. Puis j’ai décidé que je n’étais pas responsable du choix de la terre entière, j’allais faire ma part, comme le colibri.

Au début, j’étais un peu gauche, je remplaçais la chair animale par des œufs ou des produits laitiers et j’ai eu une intolérance au lactose, j’en avais déjà tellement consommé dans mon enfance, à la ferme de mes parents.

En 2007 j’ai découvert l’Ayurveda, et j’ai suivi ses principes végétariens, j’ai découvert les haricots mungo, les lentilles, les pois chiches, en plus du riz et du quinoa que je consommais régulièrement. La cuisine ayurvédique n’utilise pas d’œufs et juste un peu de produits laitiers frais (panir, lassi, yaourt) J’ai ainsi commencé à enseigner la cuisine ayurvédique et aider plusieurs personnes à passer le cap du végétarisme avec bonheur.


Comme tous les végétariens, j’ai entendu  les remarques sur le cri de la carotte,  la blessure de la salade, et j’ai eu droit à beaucoup de critiques, j’ai cependant persisté dans ma voie en disant que je respectais les omnivores et je demandais d’être respectée moi aussi dans mes choix.

Pourquoi suis-je végétarienne ? Pour des raisons spirituelles et éthiques, pour le respect des animaux, pour la planète et l’environnement.

Quel impact sur ma santé et ma vie ? J’ai de suite ressenti une élévation de mes vibrations, une conscience accrue et une meilleure résistance au stress. Je me nourris d’aliments vivants, le plus proches possible de leur état naturel : fruits et légumes frais en grande quantité, oléagineux, légumineuses, un peu de céréales, des algues et beaucoup de graines germées. J’ai aussi découvert l’alimentation vivante (végétalienne crue) et je la pratique surtout durant les mois chauds de l’année. Ma santé est rayonnante, j’ai beaucoup d’énergie vitale, je suis paisible et sereine.

Après dix ans de végétarisme, je suis devenue végétalienne à 95%. Dans cette optique, j’ai créé le projet Veggiemeals afin de promouvoir le végétarisme et de faire un partenariat avec les restaurateurs. Pour plus d’information, visitez www.veggiemeals.lu.

Je donne des ateliers culinaires de cuisine végétarienne ayurvédique et d'alimentation vivante et je peux vous guider vers le végétarisme ou le végétalisme en douceur. Je peux aussi animer des journées ou soirées de famille, d'amis ou de réunions de travail.